Conférence de l’AFDIT sur la patrimonialisation de la donnée à Marseille

Le Cabinet a eu le plaisir de se rendre à la conférence de l’AFDIT sur la patrimonialisation de la donnée qui a eu lieu le vendredi 6 décembre à Marseille.

Le statut juridique de la donnée et plus particulièrement de la donnée personnelle est encore une source d’interrogations pour les praticiens.

A cet égard, ont été évoqués dans la matinée les différents statuts juridiques de la donnée envisageables, sous l’angle universitaire, suivi dans l’après-midi des regards de praticiens, qu’ils travaillent au sein de start-up, grandes entreprises, ou encore en cabinet d’expertise comptable, office notarial ou dans le domaine de l’assurance.

La délicate question de la transmission du patrimoine numérique a été exposée sous l’angle pratique, la mort physique entrainant de nombreuses questions sur le sort de ce patrimoine, mal appréhendé du vivant des personnes.

Il a également été fait état de la difficulté d’évaluer la valeur de la donnée, qui est contingente, suivant sont parcours et ses utilisations ultérieures, et en conséquence de la difficulté de proposer des produits d’assurance adaptés.

En effet, si les conséquences financières d’un piratage ou d’une perte de données sont chiffrables pour une entreprise, il n’en va pas de même de la valeur intrinsèque d’une donnée. La question de l’évaluation du préjudice causé aux personnes concernées suite à une violation de données est également source de nombreuses interrogations, les premières jurisprudences sur le sujet commençant à apparaître.

Ces questions demeurent en suspens et nul doute que les très intéressantes propositions et pistes doctrinales évoquées en première partie de journée contribueront à alimenter une réflexion plus que jamais nécessaire. Au législateur ensuite de s’emparer de la question et de poser les jalons d’un véritable statut juridique de la donnée, afin de mieux pouvoir déterminer le ou plutôt les régimes juridiques applicables.